premier poème

il est un sans parole oiseau roux qui arpente le champs sous le couchant lointain de l'automne

et le vent d'or le pousse vers plus loin

à la lisière des monts

emportant la compagnie de mon regard

qui maintenant pleure

seul...

printemps 1967