...certains livres sont comme ces pierres qui affleurent à la surface d'une rivière, d'un ruisseau ou d'un torrent et qui nous permettent de traverser un ou des tumultes...ce n'est jamais à pied sec que se vivent les faits divers de vivre une existence même celles que l'on qualifie de sans histoire…ceux et celles dont on dit qu’ils sont des écrivvains et des écrivainnes de talent ont simplement le génie du banal et débusquent la beauté là où ne regardait que du déjà vu du déjà sû qu’on pensait savoir qu'on croyait conaitre et avec des mots simples on reconnait le fabuleux qui se déploie dans toute sa splendeur comme l’est une voée d’oiseaux migrant vers le sud ou le nord selon les saisons ou comme ces moineaux qui s’entêtent à rester ici dans les gelures en s’époumonannt à fleurir d’alléluias lumineux encore plus cristallins que les froidures les buissons de février...c'est ce à quoi je songeais en regardant couler le chemin qui marche...le fleuve...

extrait en écriture